26 cas de rougeole ont été recensés en Bretagne depuis le début de ce mois et sont présents dans 2 départements sur 4 pour le moment. Les départements les plus impactés sont le Finistère (Landerneau, Morlaix, Carhaix) et les Côtes d’Armor (Saint-Brieuc, Loudéac). 

Un cas de rougeole est contagieux pendant 10 jours, 5 jours avant et 5 jours après le début de l’éruption. Il faut veiller à l’exclusion d’un cas de rougeole de toute collectivité pendant cette période de contagiosité (arrêt de travail, éviction scolaire,…). 

Il est également important de veiller à l’«isolement» de tout cas suspect de rougeole afin qu’il ne risque pas de contaminer les personnes de son entourage qui ne seraient pas protégées par 2 doses de vaccins et particulièrement les enfants de moins d’un an qui n’ont pas encore l’âge d‘être vaccinés, les femmes enceintes et les gens fragiles. 

Il est important de vérifier le statut vaccinal de tous les contacts proches d’un cas pendant sa période de contagiosité. La vaccination post-exposition, pour les contacts non immunisés, à faire idéalement dans les 72 heures,  reste préconisée si le délai est dépassé. Elle est recommandée autour d’un cas pour atteindre 2 doses pour tous les contacts nés depuis 1980. Pour les contacts nés avant 1980, une dose est recommandée si ce sont des professionnels pour lesquels la vaccination est déjà prévue au calendrier vaccinal (professionnels de santé, professionnels en contact avec les enfants). En situation de cas groupés la vaccination est recommandée à tous les contacts pour atteindre 2 doses, quel que soit l’âge. La vaccination est contre-indiquée pendant la grossesse, en cas d’immunosuppression ou de prise d’un  traitement immunosuppresseur ou de corticoïdes au long cours. 

Les enfants contacts âgés de 6 à 11 mois sont à vacciner en post exposition (recommandations du calendrier vaccinal en vigueur) par une dose de vaccin trivalent (PRIORIX® ou MMR Vax Pro®), hors AMM de 6 à 9 mois, le vaccin monovalent (ROUVAX®) n’est plus commercialisé. 

Pour les femmes enceintes contacts d’un cas confirmé de rougeole, qui ne sont pas vaccinées par 2 doses ou dont la vaccination est incertaine et qui n’ont pas d’antécédent de rougeole ou dont l’histoire est douteuse, et pour les nourrissons âgés de moins de 6 mois contacts d’un cas confirmé, dont l’immunité de la mère est incertaine, l’avis d’un spécialiste est à prévoir en urgence.

Message de l'Agence Régionale de Santé - Bretagne